Engorgement du réseau : Bitcoin victime de son succès ?

Près de 70 000 transactions étaient en attente les 24 et 25 janvier

Lorsqu’une transaction est émise sur le réseau Bitcoin, les différents noeuds disponibles vérifient sa validité et redirigent la requête vers le “Memory Pool”. Il s’agit de l’espace mémoire (variable suivant les noeuds) où sont stockées les transactions en attente. Pour éviter une défaillance lorsque la taille du mempool approche la taille de la RAM du noeud, les transactions en attente dont le fee[1] est inférieur à une limite définie sont automatiquement évacuées du mempool. Une augmentation de la taille du mempool global traduit donc un engorgement du réseau et l’allongement du délai de traitement des transactions à frais faibles.

Le 23 janvier vers midi, la taille du mempool a soudainement explosé, dépassant les 35 Mo, représentant près de 70 000 transactions en attente.

Nombre de transactions en attente du 19 au 26 janvier, source : blockchain.info

Un tel événement s’est déjà produit par le passé, et les utilisateurs du réseau sont à chaque fois frustrés de voir leurs transactions prendre plusieurs heures – voire jours – à être confirmées.

Coût des transactions :

Temps de confirmation des transactions en fonction des frais en mBTC/octet (source : bitcoinfees.21.co)

Les frais associés à l’ensemble des transactions contenues dans chaque bloc miné constituent une partie de la récompense du mineur qui l’inscrit dans la blockchain. Les mineurs privilégient donc les transactions dont les frais sont les plus élevés. Plus les frais sont faibles, et plus le temps entre l’émission de la transaction et sa confirmation sera long. Plus les frais attachés à une transaction sont élevés et plus vite elle sera traitée (inscrite dans un nouveau bloc sur la blockchain).

Ce sont souvent les petites transactions qui sont affectées par un accroissement de la demande sur le réseau : en général, les utilisateurs leur associent des fees minimaux (de l’ordre de 0.0001 mBTC/octet). Ceux qui désirent être prioritaires peuvent payer jusqu’à dix fois plus de frais afin d’être assurés que leur transaction se retrouve dans le prochain bloc miné (dans les dix minutes en moyenne).

La plupart des wallets laissent à l’utilisateur le libre choix des frais attachés à la transaction. Certains se basent sur le rapport [temps moyen de confirmation/frais] pour suggérer un coût adapté. Il convient donc de choisir ses fees avec précaution en fonction de l’importance du délai de confirmation de la transaction. Actuellement, d’après les données de bitcoinfees.21.co, des frais de 30 centimes permettent à la plupart des transactions[2] d’être traitées en moins de 50 minutes. Avec des frais plus faibles, il faudra faire preuve d’un peu plus de patience.

Scalabilité[3] du réseau Bitcoin :

Le nombre de transactions pouvant être traitées par les mineurs en un temps donné dépend également de la taille des blocs, d’où la volonté de certains développeurs de l’augmenter. De nombreuses propositions ont déjà été faites, allant d’une taille double à une taille illimitée (Bitcoin Unlimited). Ce sont cependant des hard forks présentant le risque de scinder la blockchain, en plus des problèmes de sécurité qui peuvent y être associés.

Une des solutions immédiates à ce problème d’engorgement du réseau, plébiscitée par les utilisateurs de Bitcoin, est le segregated witness :

Vidéo : scalabilité, sidechains, Lightning Network, SegWit, blocksize… par Nicolas Bacca à voir sur bitcoin.fr

Il s’agit d’une soft fork qui permet d’améliorer le protocole (résout le problème de malléabilité) et d’augmenter le nombre de transactions pouvant être contenues dans chaque bloc, le tout sans affecter la taille des blocs. Malgré les récents encombrements du réseau, peu de mineurs ont déployé segwit : à peine 25 %.

Déploiement de segwit au 26 janvier

Cette récente montée en charge relance donc les débats et inquiète également certains utilisateurs quant au futur des micro-transactions : si leur coût moyen augmente (environ 20 centimes actuellement), il sera de plus en plus difficile d’utiliser Bitcoin pour payer sa bière ou son café. Les opinions à ce sujet divergent au sein de la communauté : certains pensent que Bitcoin a vocation à devenir une valeur refuge, peu adaptée à de petits transferts de valeurs, et d’autres une monnaie numérique universelle qui doit permettre à tout un chacun d’effectuer des micropaiements. Les développeurs travaillent activement à la résolution de ces problèmes et la communauté des utilisateurs presse les responsables des pools de minage à adopter segwit au plus vite afin de fluidifier le réseau, comme le montre le nombre important de messages allant en ce sens sur les différents réseaux sociaux.

Malgré ces inquiétudes, on peut porter l’attention sur le fait que le réseau Bitcoin est aussi très résilient : en effet, le mempool a quasiment retrouvé sa taille habituelle deux jours seulement après l’incident.

À propos de l'auteur

Les deux tabs suivants changent le contenu au-dessous.

Morgan Phuc

Editeur / Rédacteur chez BitConseil
Rédacteur en chef, formateur blockchain, impliqué dans l’univers des monnaies décentralisées depuis 2015, auteur de nombreuses analyses à ce sujet.
QR Code pour faire un don en bitcoins à Morgan Phuc

Cet article vous plait ?

Vous pouvez faire un don à .
Utilisez l'adresse Bitcoin suivante ou le QR Code pour envoyer votre don.

Bitcoin 3BiUVCq2LENiJWDeCS2xmiNLWdUuMG3MPa
Faire un don

Les derniers articles

Commentaires