SuperNET : un écosystème de services blockchain

Nous nous intéressons aujourd’hui à SuperNET, un projet initié par le développeur anonyme jl777, qui a activement participé au développement de la plateforme d’actifs numériques décentralisée NXT (créée par BCNext). Il s’agissait de la première du genre, et sa levée de fonds fut l’objet d’une série d’articles sur BitConseil : NXT fut le premier projet à proposer des services sur blockchain, bien avant que le concept d’Ethereum ne soit soumis à la crypto-communauté par Vitalik Buterin. En 2014, NXT représentait cette nouvelle révolution économique : il s’agissait d’un outil efficace, soutenu par une importante communauté de développeurs et d’investisseurs. Pouvoir lancer un token en quelques clics, échanger des messages chiffrés et de la valeur de façon accessible : il s’agissait là des prémices de la “révolution blockchain”.

Le brillant lead developer jl777 a prouvé maintes fois ses compétences et a toujours eu une vision tournée vers l’avenir : l’unification des crypto-monnaies au sein d’une même plateforme. Tout projet a ses avantages et ses inconvénients; et comme chacun sait il n’est pas possible de créer une monnaie cryptographique qui réunirait les points forts de tous les coins existant.

Le but de jl777 était donc de créer une plateforme d’échange permettant de connecter tous ces actifs numériques entre eux.  S’apercevant assez vite que NXT n’était pas la plateforme appropriée, il s’est donc séparé de l’équipe de développement afin de finaliser son projet, SuperNET, en créant Komodo, qui est la continuation de Bitcoin Dark.

SuperNET

SuperNET est un réseau fournissant différentes infrastructures permettant de déployer des applications décentralisées. SuperNET ne possède pas de token natif, c’est un écosystème de services bâtis autour de Komodo, un fork de ZCash. De nombreuses fonctionnalités de SuperNET utiliseront le token de Komodo (le KMD).

SuperNET sert d’intermédiaire entre différentes crypto-monnaies, et permet à de nombreuses technologies blockchain d’interagir. Komodo est au cœur de SuperNET car les infrastructures proposées par le réseau doivent reposer sur une blockchain commune servant à effectuer des échanges rapides, anonymes et sécurisés.

SuperNET n’est pas du tout un concurrent de Bitcoin, bien au contraire : il s’appuie sur sa blockchain afin d’en tirer le meilleur. L’objectif de cet ensemble de solutions blockchain est réellement cypherpunk : unifier l’ensemble des cryptomonnaies et projets existants afin de concurrencer réellement les banques. Bien évidemment, cela passe par la résolution des différentes problématiques techniques relatives à ces technologies : scalabilité, coûts des frais de transaction, vitesse, préservation de la vie privée et stabilité des prix des tokens.

Komodo

Komodo est une plateforme d’ICO décentralisées (dICO), dont le token natif est le KMD. Il s’agit d’un fork de ZCash, présentant donc les mêmes caractéristiques concernant la confidentialité des transactions (zk-SNARKs)[1]. Il est possible d’y forger sa propre blockchain, qui bénéficiera de toutes les avancés techniques de la plateforme. Chacun peut y ajouter les fonctionnalités qu’il désire, comme des canaux de micropaiements, dont le temps de forge des blocs et les frais de transactions sont très faibles.

La particularité de Komodo est que le réseau utilise la blockchain de Bitcoin pour sécuriser sa propre chaîne, grâce au système de notarisation des transactions. La blockchain native de Komodo est basée sur la preuve d’enjeu (PoS), les frais d’utilisation sont donc très faibles, et un degré de sécurité supplémentaire est atteint en inscrivant les hashes des transactions PoS dans la blockchain de Bitcoin. Ainsi, afin d’attaquer la chaîne de Komodo, il faudrait également attaquer la chaîne de Bitcoin.

Delayed Proof of Work

Il s’agit d’un mécanisme de consensus qui présente le même degré de sécurité que la preuve de travail (celle de Bitcoin en l’occurrence) mais consomme beaucoup moins de puissance de calcul et d’énergie. Les blocs créés sur la blockchain de Komodo sont authentifiés sur celle de Bitcoin, il faut donc compromettre les deux blockchains à la fois pour modifier des informations.

SuperNET - Komodo - DPoW

Le choix de la blockchain de Bitcoin est évident car malgré l’apparition de multiples clones, ou de nouveaux modèles de consensus censés améliorer différents aspects du protocole (vitesse des transactions, anonymat, etc…), c’est elle qui reste la plus sécurisée à ce jour. jl777 a donc imaginé un mécanisme de consensus qui a la même efficience énergétique que la preuve d’enjeu, mais le même degré de sécurité que la preuve de travail. En réalité, n’importe quel protocole de consensus peut être au cœur de la blockchain initiale, et n’importe quel algorithme de preuve de travail peut être utilisé en sur-couche, mais c’est évidemment la preuve de travail du réseau Bitcoin qui a été choisie.

Comment alors sécuriser notre blockchain quelconque grâce à celle de Bitcoin ? Via les “notaires”. Ce sont des nœuds du réseau, qui sont élus par les détenteurs du token (à l’instar du delegated proof of stake de Bitshares), qui sont chargés d’authentifier les blocs issus de la chaîne dPoW sur la blockchain de Bitcoin. Pour obtenir un niveau de résistance aux attaques de type 51 % satisfaisant, le nombre de “notaires” est fixé à 64.

SuperNET - Komodo -NotaryNodes

Dans le cas où les notary nodes sont indisponibles, un système inspiré de l’hybride PoW/PoS Peercoin, appelé graceful degradation, permet de continuer tout de même à produire des blocs : en effet, les autres nœuds, se basant sur l’historique authentifié de la blockchain dPoW, peuvent toujours continuer à forger des blocs, même si ces derniers ne peuvent pas être temporairement authentifiés sur la blockchain de Bitcoin.

SuperNET - komodo - dPoW - NotaryNodesOffline

Grâce à la levée de fonds effectuées en bitcoins, Komodo peut financer le coût de l’authentification des blocs dPoW sur la blockchain de Bitcoin durant plusieurs années.

BarterDEX

Il s’agit d’une plateforme d’échange décentralisée native de SuperNET.

SuperNET - BarterDEXAfin de pouvoir échanger de la valeur, il est actuellement très difficile de se passer des systèmes centralisés, car ils fournissent la liquidité nécessaire aux échanges et un matching[2] des ordres très rapide. Cependant,  La centralisation des fonds au sein des plateformes de change présentent des risques pour l’utilisateur : vol (risque interne à la plateforme), piratage (risque externe) ou censure des transactions (risque étatique/juridique). C’est donc naturellement que la plupart des réseaux d’actifs blockchain travaillent à implémenter des plateformes d’échange de tokens décentralisées. Par exemple, sur Ethereum, chaque token se retrouve sur un “îlot” : il n’est pas possible de passer d’un ERC 20 à un autre en trois clics de souris, d’où l’apparition de plateformes d’échanges décentralisées comme EtherDelta ou 0x. jl777 a donc souhaité faire de cette fonctionnalité la base de SuperNET, tout en proposant un modèle qui comble les failles actuelles (principalement la lenteur des échanges et le manque de liquidités).

BarterDEX utilise un procédé nommé atomic swap (atomic cross chain protocol) : l’idée est de pouvoir échanger des tokens issus de deux blockchains différentes entre pairs, sans tierce partie. Pour cela, il faut que le fait de dépenser les coins d’un côté révèle l’information permettant à l’autre partie de dépenser à son tour. Le protocole doit également s’assurer que si le processus est interrompu, les deux parties pourront récupérer leurs fonds. Afin de réduire les frictions, il sera possible dans le futur d’utiliser les réserves de liquidités fournies par des nœuds spécifiques. De nombreux développeurs ont contribué à trouver un protocole fiable, principalement Tier Nolan et jl777.

JUMBLR

SuperNET - JUMBLRJUMBLR est le service de mixage utilisé par SuperNET. Il permet d’anonymiser complètement ses coins vers une adresse Komodo, sans l’implication directe d’autres parties, ni multisignatures, grâce à la preuve de travail déléguée et aux preuves à divulgation nulle de connaissance (rappelez-vous que Komodo est un fork de ZCash). Ainsi, il est désormais possible d’utiliser un service de mixage décentralisé et peu coûteux, pour le réseau Bitcoin tout comme pour les autres cryptodevises gérées par SuperNET.

Les services déployés sur SuperNET sont multiples :

Le wallet multidevises Agama :

Il s’agit d’un des premiers services développés par SuperNET : un portefeuille multi-cryptodevises permettant d”échanger instantanément l’une pour l’autre, à la façon de ShapeShift.

Télécharger Agama

PAX

PAX (Pegged Asset Exchange) est une infrastructure permettant d’émettre des actifs décentralisés indexés sur le cours d’un actif “traditionnel”, sans risque de contrepartie. L’avantage est qu’il est donc possible de lier le prix de ces actifs numériques à parité avec des monnaies étatiques (fiat) existantes, et dans le futur à d’autres actifs financiers.

Ledgerchain

Une technologie de pruning[3] qui fait des snapshots réguliers des balances. Les chaînes pruned ont donc le même niveau de sécurité que les chaînes complètes.

Geckochains

Ce sont des blockchains programmables (offrant la possibilité d’y déployer des smart contracts) qui pourront être créées sur SuperNET (publiques ou privées). Il est possible ainsi de créer des coins ou des actifs qui auront les propriétés désirées, et pouvant être complètement intraçables.

Pangea poker

Pangea poker est une plateforme de poker en ligne décentralisée bâtie sur SuperNET. Il s’agit d’un des tous premiers produits “grand public” propulsé par le réseau. Le projet est encore en développement, mais le résultat final s’annonce très satisfaisant et la demande pour ce type de logiciel de jeu en ligne est très forte.

Tous ces services donneront droit à des dividendes pour les propriétaires des actifs associés.

SuperNET - Flux

Quelques questions à Ludom, ambassadeur de la communauté NXT/SuperNET :

BitConseil : Comment définirais-tu SuperNET ? Comme une plateforme, un réseau, un écosystème ? Une infrastructure blockchain ?

Ludom : En réalité, il faut regarder SuperNET comme un écosystème qui implémente des services. Les revenus de ces services sont redistribués aux propriétaires des actifs correspondants. Le système Komodo est relativement central dans la technologie et le KMD en est la devise.

Ces actifs, ce ne sont pas à proprement parler des “devises”, il s’agit plutôt de parts ou d’actions dans les différents projets.

Il y a l’actif SuperNET qui avait fait l’objet d’une levée de fonds publique sur Nxt à l’époque. Il y en a beaucoup d’autres qui se concentrent sur des aspects plus spécifiques du projet, et qui avaient également été vendus sur Nxt.

Les actifs ont été créés au fur et à mesure que les idées de projets naissaient, par tâtonnement. Ces actifs sont le fruit des expérimentations des débuts de Nxt. C’est ce qui fait que c’est assez peu compréhensible pour les gens de l’extérieur. Sans compter que la technologie était censée utiliser Nxt mais qu’à présent elle s’en est complètement affranchie. De plus, en sortant du Nxt Asset Exchange, certains assets vont changer de nom.

En résumé, ce qu’il faut comprendre, c’est que chaque service construit par SuperNET va générer des revenus (les frais d’utilisation) qui seront intégralement reversés aux propriétaires des assets.

Pour prendre un exemple, voici la façon dont les profits (ou chiffres d’affaire pour être plus précis) du système d’échange décentralisé sont reversés :

  • 50% sont reversés aux propriétaires de DEX (InstantDEX sur Nxt) ;
  • 15% à JUMBLR (Nxtprivacy sur Nxt). Ce profit est reversé au projet de mixing car celui-ci va augmenter le trafic sur DEX ;
  • 15% à BOTS (NXTcoinsco sur Nxt, je crois). Idem que ci-dessus, le développement de bots pour faire de l’atomic swap va augmenter le volume ;
  • 5% à REVS (pas d’asset sur Nxt). Il s’agissait d’un asset lié à BitcoinDark avant le lancement de Komodo ;
  • 5% à MGW (MGW sur Nxt). C’est une compensation pour ceux qui avaient investi, l’abandon de cet outil sur Nxt l’ayant rendu obsolète ;
  • Deux fois 5% pour les coûts liés au decentralized exchange (promo et coût des opérations).

Les sources des dividendes relatifs à certains actifs peuvent être multiples :

  • Un revenu direct (exemple : JUMBLR, qui reçoit 95% du chiffre d’affaires du mixeur) ;
  • Un revenu indirect qui provient d’activités connexes (plus de 15% des dividendes relatifs au DEX).

Il existe également des actifs qui sont des portfolios : SuperNET et HODL (jl777hodl sur Nxt) pour prendre les deux plus notables.

Ces portfolios comportent des actifs de SuperNET (DEX, JUMBLR, etc…), mais pas seulement. Sans entrer dans tous les détails, voici ce que possède le portfolio SuperNET : http://old.supernet.org/nav.php

Vous remarquerez que SuperNET possède :

  • Une grande quantité de coins divers, plus ou moins prometteurs.
  • Une grande quantité d’assets : 32% de tous les CRYPTO, 24% des DEX, 41% de PANGEA, etc…

En gros, par la possession de ces assets, SuperNET générera des revenus qui seront redistribués en dividendes (selon cette répartition donnée dans le document du lien sus-cité).

Voilà ce que je peux dire des assets. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’ils ne sont pas destinés à avoir un gros volume d’échange, leur objectif est essentiellement de redistribuer des dividendes.

A présent pour Komodo, il faut séparer deux choses :

  • Il y a le programme Komodo (comme Bitcoin) ;
  • Et le token KMD (comme BTC).

Le programme Komodo est utilisé pour supporter certains de ces services, notamment le mixer JUMBLR. Il est également le premier système de Delayed Proof-of-Work (https://komodoplatform.com/downloads/Komodo_dPoW_Whitepaper_v1.pdf) qui a permis de mettre en place l’infrastructure nécessaire (un réseau de notary nodes) et qui les rémunère par le mining. C’est grâce à ce réseau de notary nodes qu’il sera facile de lancer de nouveaux tokens basés sur le DPoW.

Le token KMD est LA devise du système (même s’il est parfaitement possible d’utiliser BTC ou tout autre copie de Bitcoin). Cela signifie :

  • Que le token bénéficiera d’une liquidité importante en supportant un certain nombre de services nativement.
  • Que tous les dividendes seront reversés en KMD. Ainsi tous les profits en BTC ou autre seront convertis en KMD (grâce au decentralised exchange utilisant l’atomic swap) pour le versement des dividendes.

BitConseil : Tu es fortement impliqué dans l’écosystème. Selon toi, qu’est-ce qui différencie SuperNET d’autres plateformes comme Waves, ou des projets comme Ardor ?

Ludom : Je préfère être transparent quant à mon implication : je suis administrateur d’un groupe de quatre notary nodes, ce qui signifie que je peux compter sur un revenu régulier en KMD (que je dois partager avec mes associés). De plus, j’ai largement investi dans les assets, surtout du SuperNET et du HODL : je ne suis donc pas complètement objectif.

Selon moi, Waves, c’est NXT mais en mieux, notamment grâce à sa simplicité d’utilisation. Cependant, Waves présente également des défauts, par exemple le système des gateways qui augmente le niveau de centralisation du réseau; défauts qui ne sont pas présents chez SuperNET. Lorsque Komodo intégrera les monnaies fiat, il deviendra un sérieux concurrent de Waves. Le système PAX de SuperNET est une énorme évolution par rapport aux market pegged assets de Bitshares par exemple. Quant à Ardor, il possède plus de fonctionnalités, c’est certain; il s’agit probablement de la plateforme blockchain la plus avancée. Cependant, le fait que Bitcoin soit à la base de la sécurité de SuperNET est un énorme avantage. Je considère également qu’Ethereum offre la plus grande liberté de développement mais présente des problèmes de sécurité; SuperNET a un avantage certain sur Ethereum de par l’intégration native d’une plateforme d’échange décentralisée.

BitConseil : Il est souvent reproché au projet la faiblesse du marketing et de la communication. Quel est ton point de vue sur le sujet ?

Ludom : Le premier avantage de cette communication faiblarde, c’est que cela a permis à de nombreux investisseurs d’entrer sur le marché pour pas cher :). L’équipe de SuperNET a pris conscience de ces défauts, et si vous visionnez leur intervention à Zurich, c’est déjà d’un autre niveau ! SuperNET est un projet très geek et très complexe; il y a donc la volonté de ne pas trop communiquer avant d’être sûrs et certains de la solidité de cette technologie.

BitConseil : Quels actifs relatifs à SuperNET te semblent les plus intéressants ?

Ludom : si l’on me demande “dans quoi faut il investir pour espérer gagner le maximum”, je en sais pas trop quoi répondre mais voilà ce que je peux dire :

  • KMD a l’avantage d’être le plus liquide et le volume devrait encore augmenter. Il y aura également une pression à l’achat à partir du moment où les dividendes commenceront à être reversés.
  • SuperNET a un NAV très intéressant. Estimé à 600 NXT, il est en vente à 250-300 NXT sur l’Asset Exchange de Nxt. De plus, il risque de rapporter des dividendes. Mais le volume est très faible, difficile à revendre et donc uniquement à privilégier si c’est un investissement à long terme.
  • Les autres assets ne sont pas tous équivalent. Il est probable que certains d’entre eux soient sous-évalués et lorsque les dividendes tomberont, le prix pourrait s’adapter. Mais là, il faut regarder au cas par cas. Nxtcoinsco (BOTS) me semble un peu bas, jl777hodl (HODL) aussi. Mais il ne faut pas oublier que le volume est faible, et la plupart de ces assets n’ont pas de portfolio de coins prometteurs comme garantie.

L’analyse du projet en vidéo par ArtPlay

Nous relayons l’excellente vidéo de Sylvain “ArtPlay” Ribes, où il nous livre son analyse du projet Komodo/SuperNET. Ludom apporte certaines précisions quant à la genèse du projet en commentaires; vous pouvez lire également l’article d’ArtPlay (orienté investissement) sur Techburst (en Anglais).

Sources/Ressources :

Le mécanisme de consensus dPoW

Le whitepaper de BarterDEX

Le système PAX

NXTER Magazine

La chaîne YouTube de SuperNET

La chaîne YouTube de Komodo

À propos de l'auteur

Les deux tabs suivants changent le contenu au-dessous.

Morgan Phuc

Editeur / Rédacteur chez BitConseil
Rédacteur en chef, formateur blockchain, impliqué dans l’univers des monnaies décentralisées depuis 2015, auteur de nombreuses analyses à ce sujet.
QR Code pour faire un don en bitcoins à Morgan Phuc

Cet article vous plait ?

Vous pouvez faire un don à .
Utilisez l'adresse Bitcoin suivante ou le QR Code pour envoyer votre don.

Bitcoin 3BiUVCq2LENiJWDeCS2xmiNLWdUuMG3MPa
Faire un don

Vous pourriez aussi aimer

Les derniers articles

Commentaires