Chargement
keyboard_arrow_up
DébuterFondamentauxTechnique

Définition Ethereum : Ethereum est un protocole imaginé en 2013 par Vitalik Buterin. Le jeune créateur, alors âgé de 19 ans, remarque qu’il est difficile d’implémenter de nouvelles fonctionnalités au protocole Bitcoin, et c’est de cette frustration qu’est né le white paper d’EthereumLe réseau sera lancé en 2015 suite à une levée de fonds de 18 millions de dollars.

Les objectifs d'Ethereum

Les objectifs derrière Ethereum sont multiples. Le principal, qui est également une définition d’Ethereum souvent utilisée, était de créer une monnaie programmable

Ainsi, comme décrite dans le white paper, Vitalik souhaitait créer une blockchain qui possède son propre langage de programmation et qui permettrait à n’importe qui d’y développer des “contrats” pouvant être exécutés sans crainte de censure, de manière décentralisée. En d’autres termes, Vitalik proposait de pouvoir créer des applications en tout genre étant exécutées de manière décentralisée.

Ces “contrats” ont été nommés smart contracts ou contrats intelligents. Ce nom vient du fait que ces contrats vont exécuter des clauses spécifiques lorsque des conditions définies sont réunies, et ce de manière totalement décentralisée.

Vous êtes en droit de vous demander “mais quelle est l’utilité de décentraliser des applications ?“ et la réponse est relativement simple. Dans un modèle classique d’application, celle-ci doit être hébergée et exécutée quelque part, dans le cas d’un site web c’est sur un serveur. Cependant, si ce serveur venait à être hors ligne pour diverses raisons comme la censure, une coupure de courant, etc, l’application qu’il héberge serait également hors ligne. Dans le cas d’une application décentralisée, son exécution ne se fait plus sur une seule machine, mais sur un réseau de machines, ainsi, si une machine venait à tomber en panne, des centaines d’autres restent disponibles pour continuer l’exécution, comme si de rien n’était. Les applications décentralisées ou Dapps ne connaissent donc pas la censure, sont immunisées contre diverses attaques et ne connaissent pas de temps hors-ligne. 

 

Envie d'approfondir le sujet avec une approche plus professionnelle?
Découvrez nos formations au développement sur Ethereum en e-learning ou en présentiel !

 

Les smart contracts sur Ethereum

Avant d’entrer plus en détail dans le fonctionnement de ces smart contracts, nous allons prendre un exemple permettant d’imager au mieux ce qu’ils sont. Prenons le cas d’une compagnie aérienne : lors de la réservation de votre billet, un smart contract est créé.

Dans ce smart contract, la compagnie aérienne insère la clause suivante : “si le vol a un retard supérieur à 3h, alors il faut rembourser le billet à l’utilisateur” puis déploie le contrat sur la blockchain Ethereum.

Si votre vol venait à avoir un retard supérieur à 3h, alors la clause du smart contract serait vérifiée, et le remboursement de votre billet se ferait de manière automatisée et décentralisée (sans nécessiter d’intervention extérieure).

Pour créer de tels contrats, le langage de programmation Solidity a été imaginé puis mis au point. Cependant, créer un langage n’est pas suffisant, il faut un environnement pour exécuter le code qui a été écrit.

Pour exécuter le code, Ethereum embarque une machine virtuelle capable de comprendre et d’exécuter du code Solidity, c’est l’Ethereum Virtual Machine ou EVM. Celle-ci peut être visualisée comme étant une session d’ordinateur évoluant sur la blockchain Ethereum dans laquelle il est possible d’exécuter des programmes écrits en Solidity, comme votre session Windows est, elle, capable d’exécuter divers programmes.

Ce sont ces mêmes smart contracts qui permettent de créer sur Ethereum d’autres tokens - cryptomonnaies - évoluant sur la blockchain Ethereum sans être des ethers. C’est lors de la création de ces nouveaux tokens que de nombreuses équipes ont eu recours aux ICO - Initial Coin Offerings - afin de lever les fonds nécessaires au développement. 

Evolution du protocole Ethereum

Ethereum a été imaginé en 2013, et les problématiques ont depuis largement évolué. La version actuelle pose de sérieux problèmes de mise à l’échelle - scalabilité - car elle ne peut que traiter 15 transactions par seconde.

En plus de cela, le système de consensus est le Proof Of Work - le même que Bitcoin - et s’accompagne de nombreux problèmes écologiques liés à la consommation excessive des machines opérant la validation des transactions. 

Afin de résoudre ces divers problèmes, les différentes équipes travaillant sur le projet Ethereum sont en train de mettre au point une nouvelle version d’Ethereum, répondant aux problématiques actuelles.

Ainsi, Ethereum 2.0 fonctionnera grâce au Proof of Stake, bien moins énergivore, et permettant de considérablement augmenter le nombre de transactions par seconde. 

En plus de cela, Ethereum 2.0 verra l’implémentation de nouveaux concepts, comme Plasma, permettant la création de nouvelles blockchains en lien avec la blockchain Ethereum “mère” ou encore le sharding, permettant de segmenter les opérations dans le réseau afin d’augmenter sa vitesse.

Vous l’aurez compris, l’avenir d’Ethereum promet d'être mouvementé, mais également riche en innovation !

 

Pour aller plus loin, découvrez nos formations Ethereum :

Commentaires

Indice des prix

Sécurisez vos cryptos

Ledger Nano S
Ledger Blue
Trezor Hardware wallet

Flux Twitter

Achetez des bitcoins/ethers

Acheter bitcoins et ethers sur Coinhouse
Acheter des bitcoins sur ZeBitcoin
Achat / Vente de crypto-monnaies sur coinbase
BitIt, achat de crypto-monnaies facile et rapide
SpectroCoin, le multi-services
Cex.io, Achat / Vente et échange de crypto-monnaies
Coinmama, l’achat bitcoin ethereum facile