Chargement
keyboard_arrow_up
ActualitésBitcoinTechnique

Après le hard fork de la blockchain de Bitcoin et la création d’une nouvelle crypto-monnaie, Bitcoin Cash, le cours de notre devise préférée bat ses précédents records en dépassant la barre des 4 000 $. La capitalisation totale du réseau Bitcoin dépasse désormais les 55 milliards de dollars; Bitcoin Cash est quant à lui valorisé à plus de 5 milliards de dollars à l’heure d’écriture. Après une période d’incertitude, le marché libre est plus robuste que jamais, preuve de la résilience du réseau Bitcoin.

Le débat sur la taille des blocs a pris une nouvelle tournure après cette séparation à l’amiable :

  • D’un côté, une majorité d’acteurs se focalise sur la scalabilité[1] off-chain[2] du réseau, grâce au verrouillage de Segregated Witness[3], qui permettra de déployer entre autres le Lightning Network[4].
  • De l’autre, les supporters de Bitcoin Cash estiment pouvoir donner vie à la vision de Satoshi Nakamoto à travers la scalabilité on-chain[5] (augmentation de la taille des blocs). Une opinion partagée par de nombreux mineurs du réseau Bitcoin, qui ont obtenu un compromis avec l’accord de New York (SegWit 2X : SegWit et blocs de 2 Mo).

Bitcoin Cash :

La communauté soutenant Bitcoin Cash a toujours été en opposition avec l’approche prudente des développeurs de Bitcoin Core. La “vision de Satoshi“, celle d’un Bitcoin accessible au plus grand nombre, peu coûteux en termes de frais de transactions et inclusif pour les non-bancarisés, semble partagée par la communauté toute entière, mais la façon de procéder divise. L’approche on-chain est préférée par les mineurs car elle augmente leur pouvoir; l’approche off-chain est privilégiée par les développeurs car elle est plus sûre et permet de régler de nombreux problèmes comme la malléabilité des transactions ou leur niveau d’anonymat.

Le hard fork de la blockchain de Bitcoin fut déclenché par le bloc 478 559. Quelques heures après, le premier bloc de taille supérieure à 1 Mo fut miné par ViaBTC (1 915 Ko).

Le cours de Bitcoin Cash depuis sa création.
Le cours de Bitcoin Cash depuis sa création.

Le prix du BCH atteignit un pic à 700 dollars assez rapidement sur la plateforme de change BitFinex, et à 695 euros sur Kraken. En effet, dans les premiers temps, seuls les utilisateurs qui avaient laissé leurs bitcoins sur ces plateformes de change avaient accès à leurs coins. Cette rareté artificielle couplée à la greater fool theory[6] suffirent à propulser le cours de Bitcoin Cash vers des sommets alors que quelques blocs seulement avaient été minés sur la blockchain.

Ce prix surévalué fut vite corrigé par le marché dès les premières ventes massives et cette correction se poursuivit avec le transfert des Bitcoin Cash Coins provenant des portefeuilles de nombreux utilisateurs sur les plateformes de change acceptant le dépôt de BCH.

La puissance de hachage consacrée à Bitcoin Cash étant faible, peu de blocs ont été minés depuis la création de l’altcoin. De nouveaux réajustements de la difficulté auront donc lieu. Pour l’instant, le réseau mine un bloc toutes les 40 minutes environ, et la difficulté du minage de la blockchain de Bitcoin Cash représente 13 % de la difficulté du minage de la blockchain de Bitcoin.

Le choix du marché libre :

C’est donc le marché libre qui décidera de la valeur qu’il accorde à chacune des chaînes. Malgré de nombreuses critiques, Bitcoin Cash n’a pas sombré dans le bas du tableau de Coin Market Cap, bien au contraire, l’altcoin est le quatrième de l’écosystème en termes de capitalisation quelques jours à peine après sa création. Cependant, de nombreux BCH ne sont pas encore en circulation et il est difficile de prévoir si leurs détenteurs s’en sépareront.

Allégations au sujet de la manipulation du cours du bitcoin :

Dans un article publié sur Medium, BitCrypto’ed accuse une entité inconnue (traders ou groupes de traders) d’avoir recours à certaines tactiques afin de manipuler le cours du bitcoin, principalement sur BitFinex.

Les méthodes de manipulation sont bien connues :

  • Le spoofing : placer des ordres sans avoir l’intention de les exécuter, afin d’influencer les autres traders (ou leurs bots) avec de faux signaux, à son avantage. Par exemple, placer des ordres d’achats énormes mais qui ne seront jamais exécutés pour faire grimper le cours et inciter les autres traders à clore leurs positions short, si possible en rachetant les bitcoins du spoofy trader. Ou inversement, en plaçant des ordres de vente massifs pour lancer de faux signaux baissiers, et inciter les traders à clore leurs positions long, de préférence en remplissant les ordres d’achat du spoofy trader.
  • le wash trading : utiliser différents comptes au sein de la même plateforme pour acheter et vendre ses propres positions et manipuler ainsi les volumes et le cours. L’auteur de l’article impute à ces techniques les rebonds très rapides du prix que l’on peut souvent observer.
Wash trading des ventes à découvert BTC/USD sur BitFinex juste avant le hard fork.
Wash trading des ventes à découvert BTC/USD sur BitFinex juste avant le hard fork.

BitCrypto’ed insiste sur l’illégalité du spoofing (dans la législation américaine), mais encore faut-il rappeler que le marché des crypto-monnaies est par définition sauvage et peu régulé. Ces pratiques sont courantes dans le crypto-univers et les traders sont seuls responsables de leur stratégie. Si elle est basée sur la lecture du carnet d’ordre, il saute aux yeux que ce dernier est régulièrement biaisé. Il est fréquent sur toutes les plateformes de crypto-monnaies d’assister à des disparitions soudaines d’ordres très importants au moment où ceux-ci risquent d’être exécutés.

De plus, il est difficile de différencier du spoofing délibéré des ajustements réalisés par les bots de trading. Et dans l’univers de Bitcoin, il existe déjà de nombreuses “baleines” sur les marchés qui ont bien évidemment intérêt à manipuler ceux-ci à leur avantage. Le petit trader doit être conscient de son pouvoir inexistant face à ces traders fortunés et agressifs et ajuster ses stratégies en conséquence.

Peu avant la distribution des BCH sur BitFinex, un wash trade de 24 000 BTC fut effectué en une seule fois. BitFinex avait décidé de distribuer les BCH en fonction d’un coefficient qui dépendait du rapport entre les positions long et les positions short : en rachetant leurs propres positions short, les wash traders ont pu obtenir des BCH “gratuits”. La plateforme a déclaré avoir sanctionné le(s) trader(s) ayant effectué cette opération et réajusté le coefficient en conséquence, mais BitCrypto’ed soupçonne plutôt ce(s) trader(s) d’être très proche(s) de la plateforme.

Le point de l’article qui est un poil plus inquiétant concerne la solvabilité de BitFinex et les tethers.

Les tethers sont des tokens dont le cours est maintenu au prix de 1 tetherUSD = 1 dollar US. Ces tethers sont donc censés correspondre à de vrais dollars, détenus par un investisseur traditionnel. BitCrypto’Ed met en doute la solvabilité des entreprises qui sont derrière Tether (dont BitFinex car chaque entité possède des parts de l’autre) : depuis plusieurs mois, la banque Wells Fargo refuse d’assurer la liquidité de BitFinex et de Tether LTD. Cependant, l’émission de tethers n’a pas cessé et la quantité de tokens émis est passée de 60 millions à plus de 318 millions. BitCrypto’ed estime donc que la valeur du token est fortement biaisée, et qu’il est impossible que BitFinex ou Tether puisse assurer la conversion en dollars au taux de change paritaire fixé. En ajoutant cela aux manigances exposées plus tôt dans son article, au rôle probable de Tether dans les affaires de blanchiment d’argent, et à l’impossibilité de donner un statut légal aux tethers, BitCryto’ed met en doute la solvabilité des entreprises. Dans le cas où les comptes bancaires de Tether seraient saisis, la valeur du token deviendrait nulle.

Ce ne sont que des spéculations et pour l’instant, BitFinex n’a pas réagi à ce billet dommageable pour l’image de la plateforme.

L’avenir :

SegWit est verrouillé depuis le 9 août, et sera activé dans un peu plus de 2016 blocs (aux alentours du 24 août), ouvrant la voie à de nombreuses améliorations du protocole Bitcoin, entre autres :

  • Confidentialité des transactions :

Il y a plusieurs façons de procéder afin de cacher le montant des entrées et des sorties tout en garantissant l’intégrité des transactions de manière cryptographique : en utilisant une technique nommée Pedersen commitment (nécessite un soft fork) ou en utilisant les signatures de cercle à l’instar de Monero (nécessite un hard fork).

  • MAST (Merkelized Abstract Syntax Trees) :

L’idée derrière MAST est de coupler le système de script offert par P2SH (Pay to Script Hash) avec les possibilités offertes par les arbres de Merkle afin de pouvoir implémenter des scripts toujours plus complexes, et pourquoi pas, des smart-contracts sur le réseau (BIP 114).

  • Signatures de Schnorr :

Les signatures cryptographiques utilisées pour vérifier la validité d’une transaction grâce aux données de celle-ci et à la clef publique de l’émetteur sont basées sur la méthode ECDSA. Les signatures de Schnorr sont actuellement considérées comme les plus performantes car elles permettent d’ajouter des signataires très facilement, et accroissent grandement le niveau de confidentialité actuel.

  • TumbleBit :

TumbleBit est certainement l’innovation la plus prometteuse en matière de confidentialité au sein du réseau Bitcoin, d’autant plus que son développement en est déjà à un stade avancé. Il s’agit d’un service de mixage : en passant par un serveur TumbleBit, l’émetteur d’une transaction est assuré que le récepteur ne connaîtra pas l’origine des bitcoins car ils seront mixés à ceux des nombreux autres utilisateurs connectés, et ce sans tiers de confiance (les méthodes cryptographiques employées protègent contre le vol de coins et rendent impossible la divulgation des parties, même au serveur).

. . .

  • L’activation prochaine de Segragated Witness est perçue comme une excellente nouvelle pour le réseau Bitcoin. La zone de résistance présente autour des 2900 $ a été allègrement franchie dès que la situation post-fork fut redevenue stable, et un bitcoin à 5000$ pourrait être en vue.
  • Cependant, avec l’ajustement de la difficulté du minage de Bitcoin Cash, certains craignent que cette blockchain devienne plus rentable à miner que celle de Bitcoin, incitant les mineurs à y consacrer leur puissance, ce qui pourrait diminuer la puissance de hachage du réseau Bitcoin, ralentir fortement l’activation de SegWit et faire chuter le cours du BTC. Un scénario qui n’est pas impossible; la guerre des blocs n’est pas terminée.

En pleine bulle pour certains, complètement sous-évalué pour d’autres, Bitcoin a fait taire pour un temps les nombreux oiseaux de malheur qui prédisaient sa mort à la suite du fork : il s’est passé exactement l’inverse, et la clarification de la situation quant à la guerre des blocs est pour l’instant saluée par le marché.

La prochaine étape délicate sera le hard fork visant à augmenter la taille maximale des blocs minés à 2 Mo, prévu pour débuter 3 mois après l’activation de SegWit (donc pour la fin du mois de novembre). Ce sera l’occasion pour le réseau de vérifier si les promesses données par les acteurs industriels de l’écosystème seront tenues.

Commentaires

Indice des prix

Sécurisez vos cryptos

Ledger Nano S
Ledger Blue
Trezor Hardware wallet

Flux Twitter

Achetez des bitcoins/ethers

Acheter bitcoins et ethers sur Coinhouse
Acheter des bitcoins sur ZeBitcoin
Achat / Vente de crypto-monnaies sur coinbase