Chargement
keyboard_arrow_up
AltcoinsBillets d'opinionDébuterFinanceFondamentauxSociété

Bicoin is not a get rich quick scheme. It is a get free scheme.

Andreas Antonopoulos

Durant l’année 2017, un nombre croissant de nouveaux entrants ont fait leur apparition sur le marché des monnaies numériques, des jetons de valeur et autres protocoles d’échange de valeur décentralisés. Le phénomène des Initial Coin Offerings, qui placent la finance à la portée de tout un chacun, qu’il s’agisse des investisseurs ou des porteurs de projets, a attiré une pléthore de spéculateurs, avides de profits rapides, et d’escrocs, rivalisant d’ingéniosité pour subtiliser les précieuses clefs privées des souscripteurs qui ne sont pas vigilants.

Nous restons cependant persuadés que les crypto-monnaies sont un outil révolutionnaire qui, malgré les risques, place la finance à la portée de tous. De manière générale, l’écosystème pourra profiter, à terme, à des milliards d’individus peu ou pas bancarisés, et concourra à fluidifier les échanges et à réduire les frictions.

Dois-je investir dans le bitcoin ?

Il existe plusieurs variantes de cette question, la plus directe étant : “Bitcoin va-t-il continuer son ascension incroyable ? Ai-je une chance de devenir riche en achetant des bitcoins ?”. S’ensuit généralement une affirmation complétant la question : “Bitcoin est beaucoup trop cher. J’ai beaucoup plus de chances de multiplier mon capital en investissant dans des crypto-monnaies moins valorisées”.

Il est impossible de répondre à cette interrogation naïve. C’est pourquoi la phrase d’Andreas Antonopoulos est un bon préalable à tout investissement : Bitcoin n’est pas conçu pour rendre ses utilisateurs riches. Il est conçu pour rendre ses utilisateurs libres. Utiliser Bitcoin, c’est participer à une expérience sociale inédite et disruptive d’ampleur mondiale, dont nul ne sait où elle nous mènera. Bitcoin est une utopie concrète, proposée par un cypherpunk sous pseudonyme, développée par des milliers de programmeurs indépendants de par le monde.

Jouer au marabout quant au cours du bitcoin est un jeu dangereux. Nul ne sait quelle sera sa valeur dans six mois, un an ou cinq ans. Au mieux, on peut faire des estimations en comparant les capitaux injectés dans le système avec la capitalisation d’autres entreprises, produits ou instruments financiers. Dire que le prix d’un bitcoin atteindra un million de dollars lors de l’année X est aussi stupide que de dire que la “bulle” explosera et qu’il ne vaudra plus rien à la fin de l’année Y.

Les acteurs de l’écosystème des monnaies numériques décentralisées s’accordent au moins sur un point : les crypto-monnaies sont là pour durer. Il n’est pas possible de “désinventer” ces technologies, il est impossible d’empêcher les individus déterminés d’y avoir accès, et il semble impossible d’attaquer avec succès les réseaux les plus décentralisés.

La réponse à la question “faut-il investir dans Bitcoin” est donc propre à chacun. Si vous n’avez pas l’âme d’un investisseur, la réponse est probablement “non” ! Si c’est le cas, alors la réponse se trouve entre ces deux extrêmes :

  1. N’investir aucune partie de son capital en bitcoins.
  2. Investir la totalité de son capital en bitcoins.

Risk comes from not knowing what you’re doing.

Warren Buffet

Cette phrase bien connue de Warren Buffet s’applique aux crypto-monnaies : si vous ne comprenez pas Bitcoin, n’en achetez pas. Avant d’y placer le moindre centime, assurez-vous de comprendre fondamentalement sa technologie sous-jacente. La seule connaissance du fonctionnement d’une blockchain n’est cependant pas suffisante : plus vos compétences en termes d’investissement, de finance et d’économie en général seront solides, meilleures seront vos décisions.

La sécurisation de vos avoirs est également extrêmement importante. Rappelez-vous qu’il y a deux types de plateformes de change : celles qui se sont fait pirater et celles qui vont se faire pirater. Déléguer la gestion de vos clefs privées à une tierce partie contrevient par nature à la proposition de valeur d’une monnaie décentralisée.

Les altcoins

Les altcoins sont les penny stocks[1] du marché des crypto-monnaies, souvent renommées shitcoins.

Il est de plus en plus difficile de s’y retrouver dans cette jungle de plus de 1400 monnaies et tokens divers :

Le marché des altcoins selon Roy “StartaleTV”.

Ici encore, les prédictions de prix des différents analystes ont peu de sens. Le marché des altcoins est en pleine bulle, avec des actifs valorisés à plusieurs milliards de dollars bien qu’il n’y ait aucun produit développé. De même, des crypto-monnaies inflationnistes se retrouvent parfois propulsées à une valeur totalement délirante.

L’une des phrases les plus désespérantes à entendre est sans doute celle-ci :

“Je vais acheter cette crypto-monnaie car elle n’est pas chère. Ce token ne vaut que quarante centimes ! Bitcoin vaut lui 14 000 dollars !”

L’idée derrière ce dangereux raisonnement est qu’un shitcoin valant moins d’un dollar a plus de chances de voir sa valeur multipliée par cent qu’une crypto-monnaie dont l’unité comptable est déjà estimé à plusieurs dizaines, centaines ou milliers de dollars. C’est évidemment un non-sens : la valeur de l’unité comptable d’un registre distribué doit être évaluée à l’aune du nombre total d’unités émises.

Il faut de plus rajouter que parier sur une crypto-monnaie peu capitalisée est beaucoup plus risqué que d’investir dans un réseau solide, bénéficiant de plusieurs années de résistance aux attaques, d’une communauté de développeurs compétents et engagés, d’utilisateurs nombreux, et de cas d’usages réels. Un actif numérique peut tout simplement avoir un prix très bas parce qu’il ne vaut rien.

L’investisseur débutant devrait donc se concentrer sur des blockchains bien établies (Bitcoin, Ethereum, Monero, Dash, Litecoin, etc.) Investir dans des crypto-monnaies, plateformes décentralisées ou jetons de valeur numériques sans comprendre les mécanismes cryptographiques qui les sous-tendent est irresponsable.

Actuellement, la prédominance de Bitcoin est à peine au-dessus de 35 %, ce qui est historiquement bas. Cela est largement dû à l’arrivée de nouveaux investisseurs qui cherchent des profits rapides dans le crypto-casino qu’est devenu le marché des altcoins. La sélection naturelle sera rude et il faut s’attendre au retour de ces capitaux vers Bitcoin lorsque les lois darwiniennes de l’écosystème auront fait leur office : la plupart des altcoins ne sont échangeables qu’en bitcoins ou en ethers.

De nombreuses crypto-monnaies prétendent s’attaquer à des marchés très spécifiques : la connaissance de ces derniers est essentielle pour évaluer l’impact potentiel de ces produits. Il faut également avoir à l’esprit que de nombreuses architectures décentralisées n’ont aucun sens dans certains domaines.

Les schémas de Ponzi et autres produits basés sur le multi level marketing, tel BitConnect, sont à bannir, bien qu’il soit à court terme possible de gagner de l’argent sur le dos des naïfs avec ces systèmes.

Quelle est la killer application de la technologie blockchain ?

La première application de la technologie blockchain est monétaire et s’appelle Bitcoin, un système d’argent liquide numérique et pair à pair. Il s’agit d’un réseau de paiement décentralisé et résistant à la censure représentant une capitalisation de plus de 200 milliards de dollars. Ce système extrêmement sécurisé est composé de plus de 11 000 nœuds complets et visibles, en faisant la blockchain la plus ancienne et la plus sûre. Après neuf ans d’existence, Bitcoin est toujours attaqué de toutes parts, mais sa forte résilience, due à sa communauté de développeurs très engagée, lui confère sa valeur.

De nombreux systèmes de paiements pair-à-pair basés sur la technologie blockchain, ou sur les graphes orientés acycliques, sont plus performants en termes techniques que Bitcoin. Ils sont pourtant moins valorisés, moins adoptés et ne bénéficient pas du même engouement de la part des développeurs de l’univers du logiciel libre. Cela s’explique par la réputation globale et l’effet réseau puissant de Bitcoin : la communauté des développeurs reste attachée à la première des crypto-monnaies, et le bitcoin reste le point d’entrée principal afin d’accéder au marché de ses alternatives. Nombreux sont ceux qui n’ont jamais entendu parler de PivX ou de Komodo mais dont les amis parlent de Bitcoin depuis des mois.

Quid des ICOs ?

Les Initial Coin Offerings ont aujourd’hui évolué et elles ne se limitent plus aux aux projets d’infrastructures blockchain, comme ce fut le cas pour les nombreux tokens à succès de l’année 2017 (plateformes d’échange décentralisées comme 0x ou Bancor, marchés prédictifs, etc…). Il est désormais possible de financer un porteur de projet évoluant dans n’importe quel secteur d’activité.

ICO-Market-Map

La première recommandation est donc de se limiter à investir dans des secteurs industriels entrant dans notre cercle de compétences – comment évaluer la pertinence et la portée d’un produit sans connaître les forces fondamentales du marché auquel il s’adresse ? De manière générale, les bons tokens sont ceux qui ont une vraie valeur d’usage, qui sont indispensables au bon fonctionnement du business model de l’entreprise émettrice et qui apportent une vraie valeur ajoutée aux produits et services développés par le créateur. Les bonus attribués aux investisseurs initiaux, qui prennent le plus de risques, sont importants : un prix de vente trop bas en pré-ICO entraîne irrémédiablement la chute du prix sur les marchés secondaires lorsque le token s’y retrouve listé. Pour le détenteur de capital en crypto-monnaies, il semble logique de privilégier les tokens qui permettront à l’écosystème de se développer pleinement (tokens d’infrastructure) ou ceux qui le connectent au monde extérieur (calcul informatique ou stockage de données distribué, cartes de débit en crypto-monnaies, etc.)

  • Les ICOs sont des levées de fonds risquées et peu régulées, sans garantie pour l’investisseur de manière générale.
  • Il est beaucoup plus difficile de se faire une idée de la pertinence et de la qualité d’une startup que d’une entreprise existante qui a déjà commercialisé plusieurs produits. La fiabilité de l’équipe autour du projet considéré est donc un paramètre très important, mais cela ne fait pas tout : sans connaissances techniques, il est très difficile d’évaluer la valeur du token.
  • L’utilité réelle d’un nouveau token n’est pas toujours à la hauteur des promesses avancées, et l’idée de lever des fonds de façon rapide fait rapidement oublier à un porteur de projet que le marché auquel il s’attaque n’a nullement besoin de décentralisation, mais plutôt d’une centralisation et d’une gouvernance plus efficace. “Les venture capitalists ne veulent pas de moi ? Aucun problème ! Je vais réaliser mon ICO !”
  • De nombreux pirates informatiques utilisent toutes les techniques possibles et imaginables de phishing telles que l’usurpation d’identité pour induire l’investisseur en erreur et lui dérober ses clefs privées lors des ICOs. La paranoïa est de mise.

Conclusion

Rappelons quelques précautions d’usage : les actifs numériques tels que les crypto-monnaies et les jetons de valeur sont des technologies financières naissantes, expérimentales et très risquées.

  • Ne pas investir sans connaître préalablement son aversion au risque et sans maîtriser ses émotions.
  • Quelle que soit son aversion au risque, n’investir dans ce marché que de l’argent que l’on peut se permettre de perdre.
  • Connaître et comprendre les caractéristiques fondamentales de l’actif que l’on souhaite acquérir, ou à défaut, obtenir l’aide d’un expert.
  • Être en mesure de répondre à la question : “quelle est la valeur de ce produit à mes yeux ?” avant toute prise de décision.

Le but de cet article n’est ni d’encourager le lecteur à la spéculation, ni de le dissuader d’investir dans cet univers naissant, scintillant de promesses et d’illusions, mais de lui rappeler une règle essentielle :

La responsabilité est le corollaire de la liberté.

Investir dans les monnaies numériques décentralisées, c’est bien plus qu’un placement financier : il s’agit de participer à une révolution économique, sociale, financière et technologique qui ne se fera pas sans heurts.

Changer la monnaie, c’est changer le monde !

Crédits (image d'en-tête) : Shutterstock

Commentaires

Indice des prix

Sécurisez vos cryptos

Ledger Nano S
Ledger Blue
Trezor Hardware wallet

Flux Twitter

Achetez des bitcoins/ethers

Acheter bitcoins et ethers sur Coinhouse
Acheter des bitcoins sur ZeBitcoin
Achat / Vente de crypto-monnaies sur coinbase
BitIt, achat de crypto-monnaies facile et rapide
SpectroCoin, le multi-services
Cex.io, Achat / Vente et échange de crypto-monnaies
Coinmama, l’achat bitcoin ethereum facile