Chargement
keyboard_arrow_up
Société

Les scams[1] sur Internet sont légion, et le réseau Bitcoin n'est pas épargné. L'histoire la plus célèbre est désormais l'affaire MtGox : une plate-forme d'échanges, basée au Japon et dirigée par le français Mark Karpelès, a mystérieusement perdu la majorité des précieux bitcoins de ses clients, invoquant une attaque de son système par des hackers inconnus...

Les détracteurs de Bitcoin utilisent ces scandales pour ternir l'image de la communauté et de la technologie. Certains ignares sont même allés jusqu'à prétendre que Bitcoin était en soi une pyramide de Ponzi ! Cela n'a évidemment aucun sens. Nos lecteurs avertis auront bien compris que Bitcoin est un système de cash numérique pair à pair, une monnaie ou une réserve de valeur, alors qu'un système de Ponzi est un montage financier.

Les deux objets sont donc de différente nature. C'est un peu comme dire que l'Euro est une pyramide de Ponzi : disons plutôt que c'est le système de réserves fractionnaires des banques qui s'y apparente (prêter plus d'argent qu'elles n'en possèdent en réserve). Rappelons que la création monétaire du protocole Bitcoin s'appuie sur la tenue d'un registre public décentralisé, la blockchain : la traçabilité des bitcoins émis et l'inviolabilité du registre sont une garantie pour se protéger d'éventuels escrocs qui tenteraient de construire un tel montage frauduleux.

Mais la tentation est grande pour certains individus malhonnêtes dans la cryptosphère : l'arnaque que nous allons étudier, très récente, est la parfaite illustration de la fameuse pyramide de Ponzi.

L'affaire GAW Miners :

Notre personnage principal est Homero Joshua Garza, dirigeant des deux compagnies de minage GAW Miners et ZenMiner.

Ces deux sociétés proposaient un contrat alléchant : elles prétendaient disposer d'importants moyens techniques pour miner Bitcoin, leurs clients pouvaient investir et récolter une part des revenus générés par leur infrastructure, en souscrivant à leur produit, le "hashlet"[2]. Bien évidemment, les dividendes étaient mirifiques et plus de 10000 investisseurs sont tombés dans le piège, pour une somme estimée à 19 millions de dollars.

La publicité était bien mensongère : les sociétés sus-citées ne possédaient pas l'infrastructure nécessaire pour payer les dividendes à leurs clients. C'est un cas d'école de pyramide de Ponzi : récolter des placements alors que la récompense promise ne sera jamais honorée; l'infrastructure nécessaire n'existant tout simplement pas. La technique consiste alors à donner des dividendes aux investisseurs inquiets grâce à l'argent des autres clients, nouveaux ou trop passifs pour se soucier de leurs actifs.

Le pot au roses fut découvert car, en plus de proposer ses services de cloud-mining[3], GAW Miners avait lancé sa propre cryptomonnaie : Paycoin. La société promettait un prix plancher de 20$ pour un de leur "paycoins", le justifiant par des théories économiques et mathématiques obscures. Les clients ont commencé à réaliser qu'ils s'étaient fait escroquer en voyant que Paycoin ne valait pas plus que les jolies phrases distillées régulièrement par l'entreprise.

L'avenir est sombre pour M. Garza car l'US Security & Exchange Commission (SEC) vient de déposer une plainte, avec le chef d'accusation suivant :

D'Août 2014 à Décembre 2014, Garza et ses entreprises ont vendu pour 20 millions d'actions sous la forme d'un contrat d'exploitation minière numérique, appelé "Hashlet". Plus de 10.000 investisseurs ont acheté des Hashlets, qui ont été vantés comme toujours rentables et jamais obsolètes. Les Hashlets ont été présentés par GAW Miners comme un produit physique; le contrat promettait à l'investisseur de contrôler une part du pouvoir que les mineurs prétendaient posséder. Les investisseurs ont été induits en erreur car en réalité, GAW Miners ne possédaient peu ou pas de puissance de calcul dans l'activité minière. Garza et ses sociétés ont vendu beaucoup plus de puissance informatique que ce qu'ils possédaient et devaient donc aux investisseurs un rendement quotidien qui était plus élevé que leur rendement réel. Par conséquent, les clients étaient tout simplement remboursés progressivement grâce aux fonds que Garza et ses sociétés collectaient auprès d'autres investisseurs. La plupart d'entre eux n'ont jamais récupéré la totalité du montant de leur placement, et seuls quelques-uns ont fait un bénéfice.

Voici un exemple concret de pyramide de Ponzi !

Cette arnaque est un classique du genre. Pour l'éviter, tous domaines confondus, il suffit théoriquement d'un peu de bon sens : lorsqu'une personne ou une entité vous promet un rendement exceptionnel, basé uniquement sur votre investissement et votre confiance, il faut savoir brandir votre carton rouge. Mais l'appât du gain teinte facilement le prisme de la raison : l'affaire Madoff en est emblématique.

Si le lecteur averti voulait se lancer dans le cloud mining[4], de nombreuses sociétés honnêtes proposent des contrats qui à défaut de promettre monts et merveilles, ont l'infrastructure technique et juridique nécessaire; nos amis toulousains de MineOnCloud par exemple.
Dans le domaine des cryptodevises, le fidèle lecteur de BitConseil a déjà quelques connaissances grâce à la fièvre de l'or ! Si vous voulez investir dans les cryptomonnaies, la connaissance et le bon sens économique - gestion du risque et du bénéfice - sont vos alliés !

Commentaires

Indice des prix

Sécurisez vos cryptos

Ledger Nano S
Ledger Blue
Trezor Hardware wallet

Flux Twitter

Achetez des bitcoins/ethers

Acheter bitcoins et ethers sur Coinhouse
Acheter des bitcoins sur ZeBitcoin
Achat / Vente de crypto-monnaies sur coinbase
BitIt, achat de crypto-monnaies facile et rapide
SpectroCoin, le multi-services
Cex.io, Achat / Vente et échange de crypto-monnaies
Coinmama, l’achat bitcoin ethereum facile