Chargement
keyboard_arrow_up
AltcoinsEvénementsICOsTechnique

Un écosystème en bonne santé

La DEVCON3, la réunion annuelle mondiale de l’écosystème Ethereum, s’est déroulée cette année du 1er au 4 novembre 2017 à Cancun. Pour l’occasion, près de 2000 participants se sont déplacés, soit deux fois et demi le nombre de participants de l’an passé (700 participants à DEVCON2 Shanghai et pour référence 50 personnes pour la DEVCON0).

Au cours de cet événement, les plus brillants cerveaux de la communauté Ethereum ont présenté les progrès et les avancées sur le protocole ainsi que les outils.

Personnellement, j’ai été ravi de côtoyer durant tout l’événement les membres d’une communauté ouverte de scientifiques obsédés par les avancées du protocole, et non une communauté biaisée par des considérations spéculatives. Au passage, c’est aussi la communauté où j’ai pu rencontrer le plus de végétariens et de végétaliens (vegans) et cela m’amuse beaucoup 🙂

Le seul absent de l’écosystème fut la société Consensys. Bien que certains employés de Consensys ont assisté à l’événement en tant que personnes et ont pu donner quelques conférences, nous avons manqué potentiellement de nombreuses actualités relatives à certains framework majeurs (Truffle) et à certaines améliorations sur le langage. Malheureusement, la destination de Cancun a été jugée trop dangereuse par leur compagnie de sécurité et par leur assurance !

Consensys post

Quel est l’état actuel d’Ethereum et quels sont les grands changements à venir?

Comme Vitalik l’a rappelé durant une de ses interventions, le réseau Ethereum fonctionne désormais plutôt correctement et le niveau d’adoption actuel est significativement supérieur à ce qu’on pouvait observer il y a 1 ou 2 ans. On constate actuellement 450k txs/jour … soit 7txs/seconde.

Le fork récent – Byzantium (16 octobre) – a apporté tout un tas de nouvelles fonctionnalités et notamment les transactions confidentielles qui sont déjà utilisées par certaines abstractions préservant la privacy (Zokrates) et par certains protocoles de marché de réputation basés sur les zk-snarks[1].

Scalability is probably the problem number one.

Vitalik Buterin

Mais le réseau public existant manque de capacité de montée en charge : actuellement, chaque nœud traite toutes les transactions ce qui signifie que la capacité du réseau est limitée à la capacité d’un (seul) nœud.

Une solution plausible présentée par Vitalik dans sa présentation intitulée “modeste proposition” est le SHARDING (partitionnement). D’autres solutions ont également été discutées et notamment Raiden, μRaiden, Plasma et TrueBit.

Le Sharding consiste à diviser l’état du registre distribué (blokchain) en N univers ou fragments, tout en autorisant uniquement une communication asynchrone entre les fragments. L’avantage de cette approche est que chaque client ne traite qu’une petite partie des transactions, ce qui autorise une montée en charge certaine.

sharding

Un autre sujet très discuté était la gouvernance et l’évolution du protocole. Il y a une très forte exigence quant à la stabilité du protocole, mais en même temps, pour pouvoir évoluer vers un Ethereum 2.0, des changements profonds sont nécessaires. Alors? Que peut-on-faire ?

governance

One blockchain, Two Systems

Vitalik Buterin

C’est là qu’intervient le principe “Une blokchain, Deux systèmes” et l’idée de séparer les développements en cours en deux couches. L’une très conservatiste (sécurité du système) qui évolue peu souvent et l’autre pour l’expérimentation avec des mises à jour régulières.

One blockchain, two systems

Tous les développements éventuellement concluants expérimentés dans la couche 2 seraient fusionnés dans la couche 1 une fois stabilisés.

L’aspect le plus délicat des évolutions du protocole est de faire des changements tout en conservant l’équilibre la nouveauté, la sécurité et la décentralisation, sachant qu’il est difficile de réaliser des progrès pour plus de 2 de ces 3 aspects en même temps (Vitalik a parlé de « trilemma »).

Scalability

Enfin, l’autre grande nouveauté à venir est CASPER, l’algorithme proof of Stake d’Ethereum. Celui-ci a été décrit comme celui qui réinvente la logique Bitcoin Proof of Work avec la pensée “Stake”. Selon Vlad & Vitalik (nous avons 2 visions et 2 papiers sur Casper), nous sommes “à quelques centimètres” d’avoir Casper déployé sur un testnet.

casper

Progrès sur les normes, la mise en œuvre du protocole et l’outillage

Plusieurs nouvelles normes ont été présentées et notamment :

  • ERC 725 sur l’identité. Cet ERC a été présenté par Fabian Vogelsteller, l’inventeur du célèbre standard de jetons ERC20. Cette norme vise à permettre à toute Dapp de contrôler la validité d’une personne, d’un objet ou d’une machine au travers d’un processus simple et standard en deux étapes.
  • ERC 190 sur le « packaging » standard pour les smart contract.

Progrès également sur la mise en œuvre du protocole, les outils et les bibliothèques :

  • Navigateur Mist & Moon ;
  • EVM 1.5 & 2.0 plus proche de la performance du « métal » (hardware) ;
  • eWASM – Portage d’Ethereum à WebAssembly qui permettra à terme à Ethereum de s’exécuter dans un navigateur. Le « web des transactions » est bien en route !
  • Langage de preuve formel ;
  • Le « Light Client » est en route ;
  • Portefeuille Android ;
  • Plus de confidentialité et d’évolutivité pour le protocole de messagerie Whisper.

Et enfin, beaucoup de nouveaux outils de développement ont été présentés, ce qui est toujours une bonne nouvelle pour attirer davantage de développeurs dans l’écosystème et faciliter le quotidien de la communauté existante:

  • Web3js 1.0 avec des refactoring conséquents et la capacité de s’abonner en Web Sockets à des événements ;
  • Puppeth: Un équivalent Ethereum de Puppet (outil favori de Devops) dont la fonction est de faciliter des déploiements des réseaux de test privés ou de réseaux privés Ethereum ;
  • Remix : amélioration de l’IDE.

Malgré tout, le jeune écosystème Ethereum manque de nombreux outils, c’est pourquoi de nombreuses entreprises (par exemple Augur) ont lancé un programme de primes pour les développeurs (bounties), pour amorcer l’initialisation de nouveaux outils de développement qui pourraient être utiles à tout le monde.

Les projets communautaires

Une part importante des projets communautaires a également confirmé que l’écosystème manque encore d’infrastructures, de middlewares et d’outils. C’est d’ailleurs probablement la raison qui fait que beaucoup de projets ne concernent pas encore des applications utilisateurs (mais des projets d’infrastrucures).

  • Status a fait 4 annonces importantes : un portefeuille matériel, une version desktop de son application, un nouveau COO recruté directement chez Google, et un fonds de bounty à 1M$ pour favoriser la mise en place d’outils open source ;
  • Metamask (par Consensys) a fait monter un « dinosaure » sur scène ;
  • uPort propose une gestion d’identité pour Dapps ;
  • ID Box – Un dispositif low cost (basé sur Raspberry Pi) permet à celui qui le veut de se créer une identité unique. Dispositif destiné à priori aux pays émergents.

ICO = “I see Zero”?

Sentiment général

La thématique ICO n’était pas officiellement dans l’agenda de la Devcon3, cependant une très forte proportion d’orateurs ont évoqué le phénomène, et avec peu d’admiration.

“Nous en avons marre des ICOs”

“Les crowdsales nous ont épuisées”

“Si vous voulez être utile à Ethereum, concentrez-vous sur les outils et les protocoles, pas sur les #ICOs”

“Si votre première étape consiste à lever des millions de dollars, vous ne prenez pas un réel risque “

J’ai même rencontré des développeurs qui se sont fixé comme objectif dans les prochains mois, de « forker » tout projet avec un token inutile afin de replacer ETH dans son rôle…

Toutefois, il y a eu quelques ICOs présentées sur scène au cours du quatrième jour réservé aux projets communautaires : Terra Genesis International et Kleros, qui est un système de tribunal décentralisé pour arbitrer des conflits autour de contrats intelligents, ce qui est très prometteur car cela apporte la touche humaine manquante aux smart contracts.

Pour terminer, je me permets de soulever un petit paradoxe qui mérite réflexion : toutes les discussions acides sur le phénomène des ICOs avaient lieu dans des soirées sponsorisées par… des ICOs, et d’ailleurs l’événement lui-même a été sponsorisé principalement par des sociétés ICO…

L’avenir des tokens

Il y a également eu beaucoup de conférences permettant d’anticiper la direction que vont prendre les token sales.

Sur le plan juridique, les représentants de « Coin Center » ont détaillé le point de vue qu’ils défendent auprès des régulateurs. Leur objectif est de simplifier et de réduire le cadre d’intervention du régulateur (en rose dans cette illustration).

Token Sale

Nous avons également eu plusieurs éclairages sur les ERC223, MiniMe et Yoga Tokens (la combinaison des deux).

MiniMe

Le contrat MiniMe, initié par Giveth, est un dérivé du jeton ERC20 qui garde l’historique de toute les balances. Cette innovation, pourtant simple, rend le token “forkable”, ce qui ouvre des cas d’usage dans les systèmes de vote, coupons de réduction, spinoffs de Dao, jetons évolutifs, etc …

MiniMeContract

Une autre innovation présentée était le Liquid Pledging (par Giveth aussi) qui est une combinaison de démocratie liquide et de gestion de fonds. Les détenteurs peuvent déléguer la gestion des jetons à n’importe quel compte (vote / donation / etc.).

LiquidPledging

Un autre sujet discuté a été la conception de systèmes de contrats intelligents à l’épreuve du futur (Jorge Izquierdo d’Aragon). Étant donné que toute startup qui se respecte peut se retrouver en situation de pivot, l’idée d’un smart contract évolutif a été évoquée ainsi que des débuts de solution : extensibilité, Delegate Proxy (EIP211) , « Static forwarders »..

upgradable smart contract

L’avenir des ventes de tokens

J’ai eu plusieurs occasions de discuter (hors agenda officiel) du whitepaper “Interactive Coin Offering” proposé par Vitalik Buterin et Jason Teutsch. Le principe est d’introduire une phase de découverte des prix au lieu d’un prix “dicté” par les organisateurs de l’OIC.

Dans ce processus, les acheteurs potentiels peuvent entrer et sortir du crowdsale en fonction des comportements d’autres acheteurs et, ce faisant, tendre la valorisation vers un équilibre de marché. En outre, le processus permet aux acheteurs d’entrer des offres pour combien de jetons ils seraient prêts à acheter à différentes évaluations

Conclusions

DevCon3 est décidément un événement majeur pour l’écosystème Ethereum durant lequel on peut clairement ressentir toute l’intelligence et l’énergie de la communauté, dirigée vers un seul objectif : construire un Internet décentralisé et qui peut passer à l’échelle.

Faire partie d’une telle communauté est nécessairement source de fierté et tout particulièrement dans un tel moment croissance.

Mais n’oublions pas que le plus excitant reste encore à venir… 2018 et les années suivantes s’annoncent très prometteuses !

Remerciements

Merci à Joran Le Cren, Said Eloudrhiri, Sébastien Arbogast, Alexandre David, Thomas Zoughebi, Simon Polrot, Alexandre Kurth, Hervé Hababou et à l’équipe BitConseil pour avoir revu cet article en français.

La version initiale et originale de cette article est disponible sur :

https://www.linkedin.com/pulse/back-from-devcon3-state-ethereum-vidal-chriqui

N’hésitez pas à “liker” si cet article vous a plu !

Commentaires

Indice des prix

Sécurisez vos cryptos

Ledger Nano S
Ledger Blue
Trezor Hardware wallet

Flux Twitter

Achetez des bitcoins/ethers

Acheter bitcoins et ethers sur Coinhouse
Acheter des bitcoins sur ZeBitcoin
Achat / Vente de crypto-monnaies sur coinbase